Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

lundi 13 octobre 2014 à 12h

Mobilisation des élèves et des enseignants pour Kamel menacé d’expulsion !

Collectif Poitevin "D'ailleurs Nous Sommes d'Ici"

Acharnement de la préfecture

Kamel un mineur camerounais menacé d'expulsion !

Kamel est né le 15 août 1997 au Cameroun. Il arrive à Poitiers le 10 avril 2012 et est confié à l'Aide Sociale à l'Enfance le lendemain.

Il bénéficie depuis d'un accompagnement éducatif. Il est scolarisé au LEP d'Auguste Perret, aujourd'hui en 2eme année de CAP. Il est présenté comme un élève sérieux et discret.

En juillet 2013 il demande à la Préfecture un Document de circulation pour mineur étranger (DECM) nécessaire pour circuler en Europe.

La Préfecture le lui refuse au motif que son extrait de naissance est un faux et qu'il ne peut prouver sa nationalité.

Par la même occasion sa minorité est contestée ce qui pour la Préfecture remet en cause la mesure de protection.

En novembre 2013 le Tribunal administratif saisi demande à la Préfecture de mettre fin à ces démarches.

Kamel se rend à l'ambassade du Cameroun avec l'accord de l'ASE et accompagné d'une éducatrice. Il obtient une carte consulaire (avril 2014) et un passeport (mai 2014).

La Préfecture conteste toujours l'authenticité de l'extrait de naissance ! Elle prétend que le centre d'état civil qui l'a délivré...n'existe pas. Une simple vérification de l'avocate prouve le contraire.

Aujourd'hui, convoqué au commissariat Kamel a été mis en garde à vue. Le Parquet n'a pas considéré qu'il y avait lieu de poursuivre pour faux et usage de faux document. Très bien.

La Préfecture, elle, considère que Kamel a fourni un faux document d'acte de naissance pour se faire remettre de vrais papiers... ce qui constitue une atteinte à l'ordre public...

En conséquence, elle prononce une OQTF sans délai ! (obligation à quitter le territoire français).

Kamel devait être transféré ce soir au Centre de Rétention Administrative de Bordeaux avant expulsion.

L'avocate rédige et envoie ce soir les recours.

En ce qui concerne la mobilisation.

Nous étions 25 cet après-midi devant le commissariat, la presse écrite prévenue ne s'est pas déplacée. Je la recontacte demain.

Des contacts ont été pris avec le LEP A.Perret pour une mobilisation des élèves et des enseignants lundi entre 12 et 14h, mobilisation à laquelle nous participerions bien sûr. D'autant que Kamel n'est pas le seul à être victime de cette politique et des conditions de sa mise en œuvre. La situation des mineurs étrangers isolés est très difficile, malgré les belles déclarations. Cet après-midi un autre jeune, Guinéen, à la minorité contestée a également écopé d'une OQTF.

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir